L'ostéopathie crânienne : une branche de l'ostéopathie qui a la tête de l'emploi

Lors d'une séance chez l'ostéopathe, il arrive souvent qu'à un moment ou à un autre, le praticien pose ses mains à la fois sous votre nuque et sur votre front, ou sur vos tempes. Alors que vous êtes invité à la détente, vous ne savez pas toujours quels sont le rôle et l'objectif de ces palpations discrètes. Ces gestes font partie de l'ostéopathie crânienne au sujet de laquelle nous avons décidé de consacrer cet article. Nous espérons ainsi vous aider à mieux comprendre cette approche qui peut paraître un peu mystérieuse au premier abord.

Ostéopathie crânienne : une plongée au cœur de la subtilité

Petite histoire de l'ostéopathie crânio-sacrée

Pour rappel, l'ostéopathie est née aux États-Unis, à la fin du XIXe siècle sous l'impulsion d'Andrew Taylor Still, un thérapeute américain (1828-1917). Il établira les bases de l'ostéopathie en 1874. La découverte et le développement de l'ostéopathie crânienne sont situés au tout début du XXe siècle. C'est l'un des disciples d'Andrew Taylor Still, William Garner Sutherland (1873-1954) alors fraîchement diplômé de la première école d'ostéopathie américaine, qui va en être à l'origine. En étudiant les différents os du crâne, il arrive à la conclusion qu'ils sont malléables. Sa perception d'un infime mouvement au niveau du crâne le trouble tout d'abord. En effet, cela entre en désaccord avec son esprit rationnel. Cependant, il va finir par se rendre à l'évidence : ce mouvement existe bel et bien et plusieurs autres de ses collègues le ressentent également. Le résultat de ses différentes études et expérimentations est regroupé dans le livre qu'il publie en 1932, dans l'indifférence quasi générale, sous le titre : The cranial bowl (en français : La boule crânienne). Harold Magoun, un des élèves de Sutherland, reprend ses travaux et publie en 1951 le livre : Osteopathy in the cranial field (en français : Ostéopathie dans le champ crânien). Celui-ci est considéré aujourd'hui comme l'un des ouvrages de référence de l'ostéopathie crânienne.

Le fondateur de l'ostéopathie, Andrew Taylor Still

Sur quels principes se base l'ostéopathie crânienne ?

L'ostéopathie crânienne correspond à l'une des branches de l'ostéopathie, de la même façon que l'ostéopathie viscérale ou l'ostéopathie tissulaire, par exemple. En conséquence, elle suit les mêmes principes qu'elle, à savoir :

  • L'être humain est un tout. Celui-ci doit donc être traité dans sa globalité, c'est en cela que l'ostéopathie est une thérapie holistique.
  • La vie, c'est le mouvement. Le but de l'ostéopathie est donc de lever les différents blocages de l'organisme. Cela permet de rétablir le mouvement indispensable au bon fonctionnement et à la vie de ses différentes structures.
  • La structure gouverne la fonction. Cela signifie que la santé d'un organisme dépend de la pleine mobilité des structures qui le maintiennent.
  • La loi de l'artère est suprême. Si la circulation sanguine est restreinte, les organes ne peuvent pas être correctement nourris et sont donc affaiblis, ce qui peut entraîner le développement de différentes maladies.

Cependant, l'ostéopathie crânienne intègre, en plus, des concepts qui lui appartiennent en propre et qui sont les suivants :

  • La faculté de mouvement (ou motilité) du système nerveux central et son expansion/rétraction régulière.
  • La fluctuation du LCR. (Acronyme correspondant à Liquide Céphalo-Rachidien. Celui-ci est présent dans la moelle épinière et autour de l'encéphale (= ensemble des structures que renferme la boîte crânienne).
  • La continuité des méninges avec les fascias et leur action sur les différents os du crâne, ce qui leur a valu le nom de membranes de tension réciproque. Pour rappel, les méninges correspondent aux trois membranes entourant la moelle épinière et le cerveau et qui sont, de l'extérieur vers l'intérieur : la dure-mère, l'arachnoïde et la pie-mère.
  • La mobilité des os du crâne, rendue possible grâce à la structure particulière de leurs sutures, dite en biseaux.
  • Le mouvement du sacrum entre les os iliaques (principaux os de la hanche) qui est transmis par le biais de la dure-mère à l'occiput (os situé en dessous du crâne).

L'ostéopathie crânienne pour qui et pour quoi ?

Une chance pour les bébés

L'ostéopathie crânienne est très utilisée en pédiatrie. En effet, lors de l'accouchement, la tête du bébé subit beaucoup de pression. Cependant, même si dans la majorité des cas, les os du crâne reprennent une forme normale dans les jours qui suivent la naissance, des tensions peuvent persister. Or, seul un ostéopathe sera en mesure de les déceler et de les corriger. Dans des cas heureusement fort rares, les os du crâne restent déformés, ce qui peut se traduire par de la plagiocéphalie (encore appelée syndrome de la tête plate). Les manipulations ostéopathiques se révèleront aussi très efficaces pour corriger la forme de la tête du jeune patient. De plus, la douceur des manipulations crâniennes est également parfaitement adaptée à la fragilité des nourrissons. Les techniques d'ostéopathie crânienne donnent d'excellents résultats sur des problèmes digestifs comme les coliques du nourrisson ou les difficultés à mettre en route l'allaitement. Enfin, le fait de travailler sur la mobilité des différentes structures du crâne fait également merveille pour aider bébé à mieux dormir.

L'ostéopathie crânienne à votre service

Les pathologies soignées par l'ostéopathie crânienne

Comme chez les nourrissons, l'ostéopathie crânienne peut être d'une grande aide pour venir à bout des troubles du sommeil chez l'adulte et notamment réduire le temps d'endormissement. Elle est une technique de premier choix lorsqu'il s'agit d'apaiser les maux de tête. Elle va, en effet, éliminer les différentes tensions au niveau du crâne et favoriser les différents échanges vasculaires. Toutes les pathologies ORL (rhumes, otites, maux de gorge...) trouveront un réel soulagement grâce à l'ostéopathie crânienne. Même si celle-ci n'intervient qu'en complément d'autres techniques, elle va stopper la répétition de pathologies comme les angines ou les sinusites, par exemple. L'impact de certaines maladies chroniques, comme la fibromyalgie, peut être drastiquement réduit par le biais de l'ostéopathie crânienne, notamment par son action apaisante sur la douleur.

Même si au cours de la consultation d'ostéopathie, le praticien utilisera toute la palette des techniques qu'il a à son service, il prendra toujours un moment pour effectuer quelques manipulations d'ostéopathie crânienne, ne serait-ce que pour vérifier la mobilité des structures de votre crâne. D'autre part, si vous consultez pour votre bébé, il y a de fortes chances que celles-ci couvrent une grande partie de la séance, tant elles sont particulièrement adaptées pour traiter les maux des jeunes enfants.

Les conseils donnés dans cet article ne se substituent, en aucun cas, à un diagnostic posé par un médecin ou par tout autre professionnel de santé, ni à un traitement médical.