Deprecated: Using unregistered function "rtrim" in a template is deprecated and will be removed in a future release. Use Smarty::registerPlugin to explicitly register a custom modifier. in /var/task/dest/osteo2ls-core/vendor/smarty/smarty/libs/sysplugins/smarty_internal_templatecompilerbase.php on line 651
Votre ostéopathe pour vous aider en cas de rhume des foins - Blog Osteo2ls

Votre ostéopathe pour vous aider en cas de rhume des foins

Lorsque vous avez mal au dos, il vous semble logique de vous tourner vers l'ostéopathie. Cependant, savez-vous que cette médecine entièrement naturelle peut aussi vous aider à traiter de multiples autres troubles ? C'est notamment le cas du rhume des foins. Si, comme plus d'un quart de la population française, vous craignez le retour des pollens, prenez rendez-vous avec votre ostéopathe pour retrouver le plaisir de respirer l'air printanier.

Le rhume des foins ou quand le pollen devient votre pire ennemi

Quels sont les symptômes du rhume des foins ?

Le rhume des foins est l'allergie qui se déclare en cas de contact avec divers types de pollens. Elle se caractérise par la survenue très rapide des symptômes qui peuvent apparaître en seulement quelques minutes après la rencontre avec l'allergène. Elle se traduit par des éternuements à répétition, des écoulements nasaux ou un nez bouché. Certaines personnes sont en outre sujettes à une conjonctivite avec des yeux rouges, qui larmoient et qui picotent. Ce type d'allergies peut également entraîner des maux de tête, un épuisement généralisé et une humeur irritable. Dans certains cas, on note aussi des démangeaisons au niveau des oreilles et à l'intérieur de la bouche.

Le rhume des foins au printemps

Pourquoi certaines personnes sont-elles allergiques aux pollens ?

Lorsque nous sommes en présence d'un agent pathogène susceptible de développer des maladies, tel qu'une bactérie, un virus ou un champignon, notre système immunitaire met en œuvre différentes stratégies pour nous aider à lutter contre l'action de ces micro-organismes. Si les protéines qui sont contenues dans le grain de pollen ne correspondent pas véritablement à ce type de substance, chez un certain nombre d'individus, le système immunitaire va tout de même réagir de façon excessive au contact de ces molécules. Or, toute réponse du système immunitaire se traduit par une prolifération de globules blancs qui libèrent de l'histamine dans le sang. Ce médiateur chimique va notamment entraîner une dilatation des petites artères, une contraction des bronches et des démangeaisons cutanées. Par ailleurs, l'augmentation, chaque année, du pourcentage de personnes allergiques s'explique par le fait que, dans un air pollué tel que nous le connaissons aujourd'hui, les grains de pollen présentent une concentration plus importante de molécules allergisantes. De plus, la pollution fragilise leurs parois, ce qui favorise la libération des allergènes dans l'atmosphère.

L'allergie au pollen : une allergie qui s'étend bien au-delà du printemps

Même si la concentration de pollen dans l'air est particulièrement forte au printemps et que le terme "rhume des foins" fait plutôt allusion à l'été, au moment où les blés sont fauchés, il est tout à fait possible de développer une allergie à ce type de substances dès le mois de janvier et d'en souffrir jusqu'au mois d'octobre. Les personnes qui sont sensibles au noisetier et au peuplier pourront éternuer et voir leur nez couler dès le mois de février, alors que celles qui sont sensibles à l'olivier et au tilleul seront à peu près tranquilles durant les mois printaniers, mais commenceront à ressentir des chatouillemens nasaux à partir du mois de juin. Enfin, si l'allergie très courante aux graminées (blé, orge, seigle, maïs...) s'étend d'avril à août, les individus qui réagissent à la pariétaire (une plante que l'on rencontre fréquemment au bord de la Méditerranée et qui couvre naturellement les rocailles et les murs en pierre, entre autres) peuvent souffrir d'allergies dès le mois de janvier et jusqu'en septembre.

Comment agit votre ostéopathe contre votre allergie ?

Un travail en amont pour limiter les symptômes de votre allergie au pollen

Si le retour des pollens vous inquiète, il est conseillé de consulter votre ostéopathe avant l'arrivée de ceux auxquels vous êtes sensible. Vous allez ainsi permettre à celui-ci d'agir de façon préventive. À la fin de l'hiver, le système immunitaire étant généralement fragilisé, une intervention est nécessaire pour le renforcer. Cela va notamment améliorer la circulation de la lymphe, qui joue un rôle dans le déclenchement de la réponse immunitaire, et de vérifier la fluidité de votre flux sanguin qui a notamment pour mission de transporter les cellules immunitaires, dont les globules blancs. Si votre praticien identifie des blocages au niveau des réseaux lymphatique et sanguin, il va travailler sur les structures qui se situent sur leur trajet comme les vertèbres ou des muscles dont les tensions peuvent entraver ce dernier. Plusieurs séances sont généralement nécessaires pour vous donner toutes les chances de passer à côté des allergies au pollen. Il est donc conseillé de consulter votre ostéopathe une à deux fois en hiver et une fois au début du printemps.

Une intervention efficace en cas de crise

Si, malgré les actions préventives que vous aurez mises en place durant l'hiver, vous développez des réactions allergiques en présence des pollens, votre ostéopathe peut tout à fait vous recevoir au moment d'une crise. Ainsi, il va avoir la possibilité de réduire les différents symptômes dont vous souffrez. Votre praticien va notamment travailler sur la sphère ORL afin de décongestionner vos sinus et votre nez et il va en outre faciliter l'évacuation du mucus qui s'accumule dans ces zones. Il va également manipuler votre diaphragme qui est le muscle principal de votre respiration. Le but est d'optimiser son fonctionnement pour réussir à accroître votre amplitude respiratoire. Votre ostéopathe va compléter son action en vérifiant la présence d'éventuelles tensions au niveau des côtes et des vertèbres dorsales qui peuvent aussi être à l'origine de perturbations respiratoires. Enfin, il va s'attacher à soulager vos maux de tête et employer, pour cela, des techniques d'ostéopathie crânienne. Il effectuera également des manipulations douces pour remobiliser vos vertèbres cervicales.

Rhume des foins

Suivez les conseils de votre ostéopathe pour limiter l'impact de l'allergie aux pollens

Votre ostéopathe va profiter de la séance pour vous donner quelques recommandations qui vont compléter ces différentes actions. Celles-ci peuvent concerner, par exemple, le fait de :

  • S'intéresser à une application d'alertes polliniques : celle-ci vous informera sur les niveaux de pollens présents dans l'air dans votre région, ce qui vous pourra vous permettre d'éviter de sortir lorsque ceux-ci sont particulièrement élevés.
  • Ne pas vous frotter les yeux, même si vous en avez très envie, car vous allez seulement réussir à aggraver le phénomène. Pour les soulager, posez dessus des cotons imbibés d'eau de bleuet, par exemple. Celle-ci va apaiser vos démangeaisons quasi instantanément.
  • Prêter attention à sécher votre linge à l'intérieur lorsque la concentration de pollen dans l'atmosphère est forte.
  • Penser à laver ou à rincer vos cheveux avant d'aller vous coucher, car ils ont tendance à retenir les pollens.

Si l'action de votre ostéopathe va calmer efficacement les symptômes de votre rhinite allergique, elle va s'inscrire dans le cadre d'une approche pluridisciplinaire qui comprend notamment l'intervention d'un allergologue. En effet, il est indispensable que l'origine de votre allergie soit identifiée afin de pouvoir mettre en place les mesures correctives qui s'imposent. En étant, par exemple, capable de repérer les essences qui déclenchent vos réactions allergiques, vous serez plus en mesure d'éviter les zones qui en sont fortement pourvues.

Les conseils donnés dans cet article ne se substituent, en aucun cas, à un diagnostic posé par un médecin ou par tout autre professionnel de santé, ni à un traitement médical.