Your browser does not support JavaScript!
  1. Accueil
  2. Régions
  3. Nouvelle-Aquitaine
  4. Gironde
  5. Ostéopathes à Bordeaux (33800)

Page précédente 1 2 3 4 5 Page suivante

Prévenir les pathologies liées au football avec un ostéopathe à Bordeaux

La ville de Bordeaux est la préfecture du département de la Gironde et la capitale de la région Nouvelle-Aquitaine. Mondialement réputée pour la qualité de ses vins, la ville est également connue pour son équipe de football : les Girondins de Bordeaux qui est l'une des équipes les plus titrées des circuits français et européens.

Lorsque l'on sait que près de la moitié des blessures au football touchent les muscles, on comprend toute l'importance de prévenir celles-ci en sollicitant les services d'un ostéopathe à Bordeaux. En effet, celui-ci va détendre les muscles contractés et leur redonner toute la souplesse nécessaire à la poursuite du football. Le praticien va également vérifier les articulations, et plus précisément les tendons des membres inférieurs pour éviter l'apparition de tendinopathies chez le joueur. Enfin, l'ostéopathe pourra délivrer quelques conseils sur la façon de s'étirer pour travailler la souplesse musculaire et des exercices d'échauffement pour protéger ses articulations.

Est-ce que l’ostéopathie peut m'aider pendant la grossesse ?

L'ostéopathie est une thérapie manuelle douce qui vise à restaurer les capacités d'adaptation d'un patient. Les techniques utilisées sont adaptées au patient. On ne traite pas de la même façon un sportif, un bébé ou une femme enceinte. Pendant les 9 mois de la grossesse, le corps de la femme enceinte réalise de multiples adaptations :

 • Posturale; Avec la prise de poids et la croissance de l'utérus, le centre de gravité de la femme enceinte bouge. Le bassin se postériorise au départ, le sacrum part en arrière et entraîne une diminution des courbures rachidiennes. Au second trimestre, le bassin s'antériorise, et toute la colonne vertébrale augmente ses courbures. Au dernier trimestre, le bassin se postériorise de nouveau et se met en place pour l'accouchement. Nouvelle adaptation de tout le corps. Et on ne parle que du bassin. Il faut aussi considérer l'augmentation mammaire et ses contraintes sur le dos. C'est pourquoi on suggère souvent au moins 3 séances d'ostéopathie : à chaque inter-trimestre puis en préparation à l'accouchement. Le but est de vérifier que les adaptations de votre corps sont optimales. Une restriction articulaire peut venir perturber l'ensemble de cette mécanique, entraînant par la suite des douleurs qui peuvent devenir invalidantes.
 • Hormonale ; Dès le début de la grossesse, le chamboulement hormonal se fait sentir ! Les nausées matinales, la constipation, des maux de tête peuvent être le signe d'une difficulté à s'adapter à ces modifications hormonales. De plus, vous produisez des hormones qui augmentent l'élasticité des tissus : vous en avez bien besoin et c'est normal. Mais les ligaments et muscles plus lâches, laissent aussi plus de libertés à vos articulations et donc les rendent plus sujets aux « blocages ». De plus, malgré cette imprégnation hormonale, les ligaments subissent de gros étirements (surtout au dernier trimestre) et peuvent devenir douloureux. N'hésitez pas à consulter en cas de douleur.
 • Vasculaire ; Il faut amener le sang et ses apports en oxygène et en nutriments pour 2 ! Le cœur devient plus volumineux, les vaisseaux sanguins se dilatent et le volume sanguin augmente pour faire face aux nouveaux besoins. On peut voir apparaître des problèmes de jambes lourdes, d'hémorroïdes et/ou de varices vulvaires.
 • Digestive ; L'utérus repousse les organes au fur et à mesure de sa croissance. Il comprime le tube digestif dont les mouvements sont ralentis par les hormones de la grossesse : c'est la constipation le plus souvent, voire des hémorroïdes et/ou varices vulvaires. De plus, la compression des organes vers le diaphragme diminue l'efficacité du système anti-reflux gastrique et celle de pompe mécanique digestive du diaphragme. Si la croissance utérine est gênée par des adhérences viscérales, on peut ressentir une gêne abdominale, des contractions utérines, des douleurs pubiennes. N'hésitez pas à demander l'avis d'un ostéopathe dans ces cas-là : ces douleurs ne sont pas forcément une fatalité.
 • Émotionnelle et psychique : Bien sûr et peut être même surtout. Ces modifications se font dans et par le corps et votre ostéopathe peut retrouver des restrictions physiques qui y sont liées.

Quand puis-je emmener mon nourrisson chez un ostéopathe et pourquoi ?

Commençons par les règles générales et communément admises dans notre communauté. Vous pouvez consulter un ostéopathe dès que :

 • vous observez une asymétrie de mouvement ou de position ; une main qui sert plus que l'autre pour attraper les objets (la latéralisation commence à se voir dans ces gestes de motricité volontaire à partir de 7 mois), une jambe plus étendue que l'autre, la tête qui tourne plus d'un côté que de l'autre, un sein qui est mieux pris durant l'allaitement que l'autre, etc.
 • quand il y a des pleurs qui ne s'arrêtent pas alors que bébé a mangé, qu'il est propre et qu'on lui propose suffisamment de temps de sommeil.
 • quand vous suspectez des troubles digestifs ; pleurs rythmés par les repas avec possible posture en hyperextension, et potentiel reflux gastrique plus ou moins tardifs. L'émission de gaz et/ou de rôts semble le soulager.
 • quand bébé a dû mal à prendre le sein.
 • quand la sortie des dents n'est pas symétrique haut/bas et droite/gauche.

En dehors de ces règles générales, il est conseillé aux parents de consulter :

 • en post-partum ; après la naissance, on vérifie que les adaptations du corps malléable du bébé se sont bien faites et que les positions prises par le bébé dans le ventre de maman n'ont pas imprimées des positions préférentielles. La consultation se fait à partir de 2 semaines après l'accouchement ou plus tôt si il présente des traces liés aux instruments utilisés ou un des motifs pré-cité.
 • avant 3 mois, on vérifie que le crâne se développe de façon harmonieuse en parallèle au développement cognitif et moteur de bébé. A 3 mois, la première fontanelle (celle à l'arrière du crâne) commence à fusionner. La prévention des Déformations Crâniennes Positionnelles qui se mettent en place avant cette date est essentielle.
 • A 6 mois, bébé se retourne seul et se tient assis ! Il développe ses chaînes musculaires postérieures qui s'insèrent sur l'occiput (os à la base du crâne). Ce faisant, il commence à acquérir ses futures courbures rachidiennes. Il est important que ces étapes se fassent et que bébé sache se retourner des 2 côtés.
 • A 9 mois, bébé se déplace à 4 pattes ! Cette acquisition d'autonomie est essentielle. Dans le 4 pattes, bébé développe ses chaînes musculaires croisées : celles qui permettent plus tard le balancement des bras en synergie avec la bascule du bassin lors de la marche. Si le 4 pattes ne signifie pas grand-chose pour vous, pour moi ça veut dire beaucoup. Quand cette étape n'est pas effectuée, ou remplacée par ses variantes comme le 3 pattes, on suspecte notamment une dysfonction du bassin ou de la hanche qui risque de retarder la marche.
 • Entre 12 et 18 mois, bébé marche ! La position verticale du sacrum va entraîner une adaptation globale de toute la colonne vertébrale de bébé.

L'architecture globale du corps s'organise à travers toutes ces étapes : votre ostéopathe vérifie que chaque étape se passe de façon optimum. C'est notre plus grand rôle de prévention ! Dans tous les cas, si vous avez un doute, n'hésitez pas à appeler votre ostéopathe de Bordeaux !

Vous ne trouvez pas votre ostéo ?

Faites-lui découvrir ce service et nous le contacterons pour vous.

Recommander mon osteo

Vous êtes ostéopathe ?

Inscrivez-vous pour apparaître dans la liste.

Je m’inscris !